Un décret publié récemment met en œuvre la possibilité pour les patients en affection longue durée (ALD), de désigner un référent infirmier pour « mieux coordonner les soins avec l’ensemble des professionnels de santé intervenants ».

Pour mieux prendre en charge les patients de plus de 16 ans atteints d’une ALD, il leur est désormais possible de désigner un « infirmier référent ». Cette possibilité inscrite dans la loi du 27 décembre 2023 visant à améliorer l’accès aux soins par l’engagement territorial des professionnels, vient de faire l’objet d’un décret précisant cette mise en pratique. Il suffit aux patients concernés d’indiquer le nom de l’infirmier choisi à leur organisme gestionnaire de régime de base d’Assurance maladie (comme c’est le cas pour les médecins traitants) par tout moyen, par exemple dans leur espace numérique de santé.

Veiller à l’efficacité des soins

Ce choix peut être modifié à tout moment. L’infirmier référent aura pour mission de veiller à l’efficacité et la qualité des soins dispensés en coordination avec les autres professionnels intervenants (médecin traitant, pharmacien, sage-femme…). Pour les patients mineurs, la demande doit être réalisée avec l’accord d’au moins un des deux parents ou du titulaire de l’autorité parentale.

À noter : il est possible de désigner conjointement plusieurs infirmiers exerçant au sein d’un cabinet situé dans les mêmes locaux ou d’un même centre de santé.

Décret n° 2024-620 du 27 juin 2024, JO du 28

Article publié le 11 juillet 2024 – ©  Les Echos Publishing – 2024 – Réf : 595085